dimanche 24 juillet 2011

Jour 10 : contrées désertiques


Nous avons quitté Las Vegas avec Sheryl Crow ce matin, avant même le levée du Soleil! À voir l’air de mes deux compagnons de voyage au moment du réveil à 5h AM, il était grand temps de quitter le capitale du vice pour une contrée nettement plus tranquille, l’Arizona. Nous avons donc traversé deux États dans un paysage qui était exactement pareil à la pochette de l’album The Joshua Tree de U2! Des déserts à perte de vue, quelques touffes de végétation clairsemées, des rochers dénudés, du sable et des cactus, les premiers du voyage! Ironie du sort, au gros Soleil, vers 10h30, une averse de 10 secondes s’est produite, quelques gouttes seulement sur le pare-brise de la voiture qui ont séché aussi rapidement qu’elles étaient apparues, comme les nuages de pluie ACME dans les dessins animés! Une autre facette de la nature que nous n’avions encore jamais vu sous une magnifique lumière de début de journée.




Nous sommes arrêtés dans une « halte routière», soit un ancien poste de traite amérindien littéralement dans un nuage de poussière en plein milieu de nulle part! D’ailleurs, l’héritage amérindien est assez perceptible dans le désert.



Arrivés à Phoenix, métropole de l’Arizona, en fin d’avant-midi, nous avons eut l’impression d’une ville fantôme! En plein centre-ville, un dimanche à 12h00, pas une âme à l’extérieur! Oui, il fait très chaud, pas de doute là-dessus, mais de là à abandonner les rues, j’ai peine à y croire. Vous noterez sur les photos du centre-ville, fort joli d’ailleurs, que nous sommes totalement seul, aucun passant, aucune voiture, un désert humain!







À l’approche du Chase Field, domicile des Diamondbacks de l’Arizona, nous avons trouvé plus de fondamentalistes religieux que de fanatiques de baseball!

Premier soulagement en entrant dans le stade : le toit rétractable est fermé, congé de Soleil pour l’après-midi! En second lieu, l’endroit est climatisé, bénédiction suprême! D’ailleurs, je soupçonne les gens à l’intérieur du Chase Field d’être là uniquement pour se tenir au frais et pas vraiment pour regarder le match! Quoi qu’il y avait environ 28,000 personnes qui assistaient à la rencontre, beaucoup plus que la population vivante du centre-ville de Phoenix! Le stade est beau, je l’ai préféré au Minute Maid Park de Houston dans le même genre.




Pour amuser les enfants (petits et grands!), les D-Backs organisent une course avec des mascottes représentant d’anciennes légendes de l’équipe : « The Big Unit » Randy Johnson, Luis Gonzales, Mark Grace et Matt Williams. J’ai tout misé sur Gonzales mais c’est Matt Williams qui l’emporte au photo-finish! Pour l’histoire du match, les Diamondbacks ont lessivés les pauvres Rockies du Colorado par la marque de 7 à 0. Un excellent match et la foule s’est amusée du début à la fin, tout comme nous d’ailleurs!



La proximité du Mexique est clairement visible à Phoenix, autant au niveau démographique qu’au niveau linguistique. J’avais donc décidé d’initier mes comparses à la gastronomie mexicaine. Sous les conseils d’un policier qui faisait la circulation (avec une voiture aux 5 minutes, il avait le temps de jaser en masse!!), nous nous sommes rendus au restaurant The Matador! Déjà avec le nom, j’étais convaincu! Endroit fort sympathique, service hors pair, prix raisonnable mais surtout, de la nourriture typique et délicieuse! Nous avons tout d’abord goûté à une bière mexicaine, la El Pacifico, comparable au goût à la Corona. Pour la bouffe, nous avons pris un immense nachos de groupe, extra guacamole et accompagné de deux types de salsa dont une qui nous fera chanter du Johnny Cash encore demain matin! Comme plat principal, nous sommes aller avec l’assiette combinaison, trois choix de repas servi avec riz (que j’ai mangé!!) et des fèves assaisonnées. Je suis allé avec l’enchilada (tortilla souple dans laquelle on retrouve un mélange de plusieurs types de fromages), la tostada (croustille de maïs garnie de fèves, de salade et de tomates) et le tamalé (pâte farçie d’un mélange de bœuf épicé aux piments rouges et d’olives). D-É-L-E-C-T-A-B-L-E!! Un must si vous passez dans le coin et nul besoin de mentionner que vous n’aurez pas besoin de faire la ligne pour entrer!



Voilà pour la journée. Demain, nous quittons le désert pour notre arrivée en Californie! À demain. Je vous laisse avec le montage des photos de Las Vegas, un peu moins trash que celles d'Hangover!



5 commentaires:

Claude "Grand Duc" Leduc a dit…

Oh là là. Bonne bouffe mexicaine, c'est vraiment super, et content vous êtes amusés au Chase Field. J'avais aussi oublié de mentionner hier qu'au moins, votre Coyote (un salut mon Pat) n'est pas une espèce en voie de disparition, au contraire de ceux de Phoenix, l'équipe de hockey... Bonne odyssée californienne...

Anonyme a dit…

Mais en effet où était la population de Phoenix pour vous accueillir?

Il faut importer ce Nacho à la Cage aux Sports dans les plus brefs délais!

Kiss fut plus court qu'à l'habitude, mais plus condensé, les succès se sont succédés à un ryhme d'enfer. Et j'ai cru entendre Paul Stanley dire " And now for my good friend Phil Leclair....love guuuuuuuuuun!"

Bonne arrivée en Californie où je vous souhaite de goûter quelques vins de la Napa Valley, de la Sonoma Valley et de l'irrésistible Paso Robles (qq part proche de LA)

Bonne visite au Zoo!

LB

Anonyme a dit…

Nachos extra-selles-chaudes.

Ca semblait fort savoureux!

Stevo 2.1

Anonyme a dit…

Sacripant!!!

Je complète Stevo en me disant que ca devait être glissant... ce devait être risqué que ca glisse jusque dans le milieu du dos!!!

Je suis cependant très déçu... pas de fifille!!!! Ben voyons donc!!!

Steven Seagal

Anonyme a dit…

Salut Phil, j'adore lire ton blogue. Très intéressant et j'aime bien les notes d'histoire que tu y rajoutes. J'aime beaucoup ton style d'écriture!!

Les photos sont excellentes également.

Bonne continuité de voyage!!

Steph (collègue de travail de Pat)