lundi 21 janvier 2008

60 ans


Il n’y a pas que cet humble Blog qui célèbre son anniversaire ces jours-ci. En effet, le drapeau du Québec souffle ses 60 bougies aujourd’hui même!

L’événement a été souligné hier par un défilé dans les rues de Montréal organisé par la Société Saint-Jean Baptiste. C’est donc l’occasion de revenir un peu sur l’histoire du Fleurdelisé.

C'est en l'an 507 qu'apparaît pour la première fois la fleur de lys sur le drapeau de Clovis, Roi des Francs. La fleur de lys devait à jamais symboliser la royauté française. La croix en tant que symbole de la foi chrétienne est quasiment universelle à travers le monde et constitue l'un des symboles les plus fréquemment utilisés sur les drapeaux à travers le monde. L'utilisation sur les drapeaux français de la croix blanche sur fond azur remonte au moyen-âge ; les drapeaux utilisés par les premiers explorateurs français en Amérique du Nord étaient également frappées de croix blanches.

L'ancêtre du fleurdelisé moderne fut créé par Elphège Filiatrault, un prêtre de Saint-Jude, dans le diocèse de Saint-Hyacinthe. Appelé le Carillon, il ressemblait au drapeau moderne sauf que les fleurs de lys étaient aux quatre coins pointant vers l'intérieur. Il s'était inspiré d'une bannière qui n'avait pas de croix et portait la figure de la Vierge Marie au centre, la Bannière de Carillon. L'abbé Elphège Filiatrault en eu l'idée suite à un défilé de la Saint-Jean Baptiste le 24 juin 1848.

En 1947, un vaste mouvement d'opinion publique se met en branle afin de sensibiliser l'Assemblée législative à la nécessité de doter le Québec d'un drapeau national. Les gens du Québec considèrent inacceptable que le Canada n'ait toujours pas de drapeau distinctif et sont choqués qu'Ottawa s'oppose à remplacer le drapeau rouge avec le Union Jack en médaille (le red ensign britannique à droite). Puisque Ottawa refuse de bouger, Québec aura son drapeau.

Un membre indépendant de l'Assemblée nationale, René Chaloult, dépose une motion demandant la création d'un drapeau québécois pour remplacer l'impopulaire Red Ensign canadien. Plusieurs idées furent développées entre Chaloult, Lionel Groulx et Maurice Duplessis. Une de ces idées incorporait une feuille d'érable rouge (symbole qui fut par la suite utilisé pour le drapeau du Canada). Burroughs Pelletier fut aussi approché pour présenter quelques projets à Duplessis, dont aucun ne furent adoptés. Maurice Duplessis choisit plutôt d'adopter le Carillon, très populaire. Pelletier fut consulté sur l'apparence du drapeau, et sur son conseil les fleurs de lys du Carillon ont été pointées vers le haut pour être conforme aux règles de l'art héraldique.

Le 21 janvier 1948, un nouveau drapeau fut adopté et fut élevé au dessus du Parlement l'après-midi même, à 15h pour être plus précis. Le drapeau fut adopté par décret ministériel et la nouvelle fut présentée à l'assemblée législative comme étant plus ou moins un fait accompli avant même que la motion de René Chaloult ne fût débattue. Le chef de l'opposition Adélard Godbout exprima son accord, tout comme René Chaloult.

En terminant, il est important de noter qu’un sondage mené en 2001 par la North American Vexillological Association vota le Fleurdelisé comme étant le plus beau drapeau provincial/territorial et le 3e plus beau drapeau de tous les états, provinces et territoires du Canada et des États-Unis. Nous pouvons donc être très fier de notre emblème ainsi que de tout ce qu’elle représente pour chacun de nous

2 commentaires:

Anonyme a dit…

M leclair je conseil fortement de mettre une rubrique sondage dans votre blog je suis sur que cela fonctionnerait


Nicolas

Nicolas a dit…

TRès d'accord